Menu

>Enquête


>Critères IHS



>ANAES


>Relaxation, hypnose


>Diagnostic rapide


>Questions Réponses


>Guide de prescription


>Equivalents migraineux


>Articles de synthèses

Comment reconnaître une migraine chez l’enfant?

Les antécédents familiaux
Soit il est facile de retrouver dans la famille, des personnes connues pour avoir mal à la tête régulièrement ou connues comme migraineuses.
Soit, il faut remonter dans l'enfance car certains parents peuvent ne plus présenter de crises alors qu'ils en présentaient 20 ans auparavant. Un tiers des migraineux adultes ne savent pas qu'ils sont porteurs de migraine: les pseudo-diagnostics de crise de foie, crise de sinusite sont les plus souvent portés.

Quel est le profil des crises ?
> L'enfant arrive-t-il à distinguer un petit mal de tête qui lui permet de continuer ses activités habituelles de la grosse crise qui l'oblige à cesser toute occupation ?
> Quelle est la durée des crises les plus fortes?
> Quelle est la fréquence des maux de tête ?

Quelles sont les caractéristiques de la crise ?
> Le mal de tête est d'un seul côté du crâne (unilatéral)
> Le mal de tête est bilatéral ou central
> La douleur est pulsatile (comme le cœur qui bat)
> Il y a des pleurs pendant le mal de tête
> La douleur est augmentée par l’activité physique (monter les escaliers, courir...)
> Il existe une envie de vomir (nausées)
> Il y a des vomissements
> Le bruit est pénible
> La lumière est pénible
> Un mal de ventre est associé au mal de tête
> Des vertiges accompagnent le mal de tête
> L'enfant est pâle, les yeux sont cernés
> L'enfant recherche le sommeil
> Une amélioration se retrouve au réveil
> L’enfant ou l'adolescent voit il des choses "bizarres" ( taches brillantes, vision floue, colorée, déformée) avant le début du mal de tête ?

Au total
La migraine est une céphalée sévère évoluant par crises stéréotypées avec une céphalée frontale, bitemporale ou unilatérale; des signes digestifs marqués (nausées voire vomissements), un caractère pulsatile, une phonophobie, une photophobie sont très souvent retrouvés. Durant les crises migraineuses, l'intensité douloureuse est élevée , les enfants arrêtent souvent leur activité, pleurent dans la moitié des cas. Parfois des douleurs abdominales sont associées ainsi que des vertiges. Le sommeil est bien souvent réparateur. La pâleur inaugurale est très souvent retrouvée : l’enfant est décrit comme « livide », « cadavériques » avec les yeux « creux », « cernés ».


La céphalée de tension
Elle est plus fréquente chez l’adulte que chez l’enfant, correspond à une céphalée moins intense, survenant volontiers en fin de journée ; elle est souvent liée au « stress » ; on retrouve tout autant une tension psychologique qu’une tension musculaire. La céphalée de tension est très souvent associée à de véritables crises migraineuses ; ces tableaux mixtes sont souvent source de confusion diagnostique, l'analyse sémiologique doit alors se concentrer sur les crises dont l'intensité est la plus sévère.

Prise en charge
L’abstention thérapeutique médicamenteuse est la règle . Le plus souvent, avec un peu de repos, la céphalée cède. Si elle reste invalidante, l’utilisation épisodique de paracétamol est possible. Les méthodes de relaxation sont une bonne indication.

 

Les céphalées chroniques
Elles peuvent survenir sur un terrain migraineux connu ou non. Elles peuvent avoir été précédées d’authentiques crises de migraine.

La céphalée chronique quotidienne se définit comme une céphalée présente quasiment en permanence, avec parfois des moments de répit. Le plus souvent un fond continu douloureux existe, avec lequel l’enfant s’est parfois « habitué » à vivre. Ceci conduit à des plaintes intermittentes : parfois l’enfant signale la douleur, puis retourne jouer ; parfois il se plaint en permanence ; d’autres fois, il arrête de se plaindre, mais si on lui pose la question il répondra qu’il a mal. L’entourage de l’enfant a donc du mal à se faire une opinion et en vient souvent à douter de la réalité de cette douleur. Le plus souvent, dans ce contexte, on retrouve soit une anxiété massive de l’enfant, parfois cachée ou méconnue de l’enfant lui-même et de son entourage ; d’autres fois, il s’agira d’une fatigue importante, avec un excès de travail scolaire, un retard de sommeil, voire de vrais troubles du sommeil, là aussi souvent dans un contexte de tension psychologique. D’authentiques dépressions et troubles psychologiques sévères sont parfois à l’origine de ces céphalées chroniques.

Prise en charge

- Selon la gravité du tableau, le traitement consister en des méthodes de relaxation ou auto-hypnose et/ou un travail psychothérapeutique.

- Les traitement habituels de la crise de migraine ne sont pas indiqués. Ils sont le plus souvent complètement inefficaces et des risques de surdosage existent.

- Parfois, en attendant l’efficacité des méthodes non pharmacologiques, un traitement de fond médicamenteux pourra être prescrit, le plus souvent l’imipramine.